Nong Boua - Laos
Laos
N'Diq - Maroc
Province de Larache - Maroc
Kasserine - Tunisie
Sbeitla - Kasserine - Tunisie
Oran - Algérie
Kabylie - Algérie
Ampasipotsy - Madagascar
Casamance - Sénégal
Beyrouth - Liban
Mont-Liban - Liban
Bethlehem - Palestine
Palestine
« Retour

Retour sur les 2 magnifiques balades maritimes et littéraires dans la baie de Marseille

Le COBIAC a proposé au mois d’octobre 2020 deux nouvelles balades maritimes et littéraires autour de textes de Jean-Claude Izzo et d’autres auteurs méditerranéens.

Au gré des deux heures de navigation dans la rade de Marseille à partir du Vieux Port, le comédien Niccolò Scognamiglio nous a donné une très belle lecture de textes de Jean-Claude Izzo , mais aussi Erri de Luca , Virgile et Homère, insérés dans une éclectique sélection de musiques des romans de Jean-Claude Izzo proposée par son fils Sébastien.

La balade du 17 octobre nous a conduit vers le sud, du Pharo aux Goudes et au-delà du cap Croisette, dans une sublime lumière dorée de fin d’après-midi.

La balade du 24 nous a offert le rare privilège de parcourir les bassins de la Joliette du Port Autonome des 2 côtés de la digue, jusqu’à l’Estaque.

Les balades ont été effectuées sur l’Hélios, bateau à propulsion hybride, en partenariat avec Icard Maritime, un grand merci à eux, et avec le soutien de la DRAC PACA.

(Photos : PT)

Commentaires

  1. Nicole Larger dit :

    Le bruit du moteur gronde, l’équipage s’agite, et la balade débute par une petite présentation très chaleureuse du COBIAC, donnant le ton sur les deux heures de navigation : convivialité, simplicité, amour de la littérature … un sentiment d’être à ma place parmi toutes ces personnes venues d’ici ou d’ailleurs pour partager un moment d’exception. …

    « Marseille, ce matin-là, avait des couleurs de mer du Nord … » le comédien commence sa lecture et chaque mot prend une saveur authentique : large, digue, rade… chaque lieu évoqué dans le roman défile sous nos yeux : bassins de la Joliette, Port autonome, Digue du large, îles du Frioul, l’Estaque … me faisant ressentir la détresse de ces marins perdus, ces oubliés de la mer…

    Les passages lus entrecoupés de morceaux de musique choisis par Sébastien IZZO incitent l’équipage à danser ou à se laisser bercer par la beauté des lieux au soleil couchant…

    La magie du moment est bien là, et pourtant je n’arrive pas totalement à être transportée par la voix du comédien… Au lieu de me rapprocher d’Izzo, j’ai l’impression de m’en éloigner un peu, peut-être parce que je porte en moi le rythme de son écriture et que mon souhait le plus cher aurait été d’être à la place de Niccolo Scognamiglio afin de pouvoir libérer, dans ce décor d’exception, la part d’Izzo qui est en moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *